Freestyle Session 20th Year Anniversary : Retour sur un rêve devenu réalité, les 20 ans de la légendaire compétition de B-boying à Los Angeles !

Aujourd’hui nous allons vous parler de l’une des plus célèbres compétition de B-boying au monde. Tenue presque chaque année en Californie (USA) depuis le 28 novembre 1997, date de sa création par Chris Wright aka Cros One (Cros1), elle couronne traditionnellement le meilleur crew (groupe) de bboys du monde entier, son nom, Freestyle Session !
Cros One – Créateur du Freestyle Session
Passé sous plusieurs formats (3vs3, 10vs10, …), le Freestyle Session est bien plus qu’un évènement de break, c’est devenu un évènement légendaire où tout bboy sérieux rêverait d’aller au moins une fois dans sa vie.
Avec les années c’est devenue une véritable BIG JAM 100% Hip Hop où cercles et compétitions s’assemblent ainsi que des concerts de musique live.
Sponsorisé par Monster Energy Drink et Silverback Bboy Events cet évènement se déroule depuis 20 ans et a été créé par CROS1, qui en 1997, n’était pas entièrement satisfait des évènements de break de la scène locale de San Diego et a voulu à l’été 1997, lancer son propre évènement, Freestyle Session est né.
Des débuts modestes à San Diego aux plus de 32 pays du monde entier aujourd’hui, le Freestyle Session est l’un des évènements de danse les plus populaires au monde. Principalement fait pour les bboys/bgirls, mais d’autres styles tels que le Popping, All Style, House, Locking et plus encore. Chaque édition peut peut être légèrement différente de la dernière, ce qui réserve beaucoup de surprises et nous force donc à y aller. 

A l’occasion de son 20ème anniversaire, l’équipe de Not Only Hip Hop était sur place à Los Angeles (États-Unis), pour vous faire un retour sur cette dernière édition du Freestyle Session World Finals et vous faire comprendre pourquoi cet évènement est si magique, si réputée dans le monde entier et comment est-ce que les ricains (américains) voient les choses.
Voilà maintenant presque 2 mois que le Freestyle Session a 20 ans. Il y a deux mois que la scène de danse Hip Hop du monde entier convergeait vers la Cité des Anges et que dix hommes forts se battaient pour des anneaux en or avec pour motivation de gagner la vingtième édition du Freestyle Session.
Ça fait deux mois et les gens qui n’ont pas eu l’opportunité d’y aller viennent me voir et me demandent : « Comment s’est passé Freestyle Session? » Et à chaque fois je leur répond, « C’était tellement fou… c’était un rêve devenue réalité et c’était bien plus que ce que vous penser voir sur Internet ou sur le flux live de Stance. »
Tout d’abord, il y avait la veille de l’évènement (le 10 novembre) un trio de pré-parties dispersées autour de Los Angeles. Une à Noho pour une soirée House et B-boy, une autre au Burbank pour une soirée plus lounge and funk et enfin une vibe plus break sur le boulevard de Santa Monica. 3 vibes différentes en fonction de chaque envie et un deejay set de 3 deejays (DJ Cros One, DJ Fleg et DJ Lean Rock) pour la Beats & Breaks, au Virgil Bar ce qui a notamment fait vibrer  la foule toute la nuit et mis en jambe les danseurs avant le grand jour.
Le 11 novembre c’était le GRAND JOUR Le début des choses sérieuses commencèrent ce jour.
En arrivant sur place, un grand (drapeau) FREESTYLE SESSION et puis des équipes de B-boys, des Poppers, des Wackers, des Rockers, des Hustlers, des danseurs freestyle Hip Hop, des Lockers et bien plus encore, qui sortaient des quatres coins du monde pour se réunir à « LA BOOM » pour assister à l’un des évènements les plus attendus par les passionnés de Break, le Freestyle Session.
Je n’avais jamais vu autant de danseurs Hip Hop de ma vie, nous étions sur le parking du club La Boom et des milliers de voitures faisait la queue pour garer leurs voitures dans le parking tandis que d’autres faisaient la queue pour acheter des tickets et avoir leur bracelet pour une ou deux journées, les photographes et les « VIP » avaient des bracelets de couleurs différentes, ont commençaient à voir des têtes et les crews se former avec la musique qui s’entendait depuis dehors !
Et puis à l’intérieur, une énergie folle qui t’en donnerai même des frissons, une autre dimension celle de la culture Hip Hop, où les territoires ont été rapidement revendiqués comme des équipes éparpillées autour du lieu pour trouver leurs points d’échauffements.
Les Zulu Kingz étaient à l’entrée de LA BOOM, personne ne pouvait les louper dès que l’on rentrait dans le spot avec leurs tee shirts à manches longues blanc et un flocage sur le dos, ça vous mettait direct une pression qui vous incitait à ne pas trop vous aventurer dans leurs cercles, beaucoup ont voulu s’y frotter dès le premier jour mais beaucoup se sont fait BURN.
La Team Monster, elle se tenaient dans un coin obscur, à l’ombre de tout regard, rassemblant leur énergie à côté d’un stand Monster et un salon de coiffure… pour ceux qui voulaient être frais avant de battle ou de rentrer dans les cercles XD
The Squadron eux était devant la scène où avait lieu les live music alors que d’autres comme Supernaturalz étaient derrière le coin juges et deejays.

La Boom était devenu un terrain dans lequel les vendeurs de vêtements Hip Hop ont transformé un côté du club en un marché Hip Hop, exposant leur sappes les plus fraiches comme Wild Style Technicians, The Legits, B-boy Spot, Respect, Tribal, Freestyle Session et d’autres.
Une terre où la musique des DJ (Leanrock, Abel, Bles One, Kidriz, Ervin Arana, Renegade, Fleg, Charlie Rock) semblait s’infiltrer sur les murs, le sol et créer des cyphers qui régnaient sur n’importe quel espace ouvert.
Lors du Freestyle Session, des cercles éclatent comme des feux d’artifice, explosent et se dispersent dans tous les recoins et dans toutes les allées, dans toutes les salles arrières, latérales et cachées. Rare sont les évènements où vous verrez un haut niveau dans les cyphers et un si haut niveau de compétition comme au Freestyle Session.
Les gens font plus de tours dans les cyphers que dans les battles. Certains viennent juste pour les cercles ! Et tandis que les battles officielles se déroulent, une douzaine de cyphers pullulent encore dans les espaces ouverts du club, avec des appels à des échanges. Vous apprenez très vite que c’est la loi des cyphers au Freestyle Session et à un moment donné, tout le monde se perd dans la liberté que sont les cercles dans lesquels ils peuvent montrer leur style.

Au Freestyle Session, la danse était représenté sous tous les aspects, si vous vous aventuriez dans les pièces latérales, vous auriez vu les battles et cyphers de Popping, Whacking et Open Style. Puis si vous continuez un peu plus, vous auriez trouvé plus de cercles et de battles, mais cette fois-ci avec une énergie juvénile avec le battle 2on2 Kids, où la nouvelle génération partageait pour voir qui gagnerait les deux places pour le battle finale sur l’arène principale.
Dans cette même pièce, l’énergie de la jeunesse se mêlait à l’essence de l’histoire du Hip Hop, le Rocking (Rock Dance) des gens se tranchaient la gorge, se tiré dessus et se poignardaient avec des armes imaginaires, se battant sans se toucher c’est la tradition de l’une des plus anciennes danses de guerre de notre Culture.
Et même si les finales ne sont pas descendues dans l’arène principale, cela a déclenché un autre cercle dans le parking, où les deux finalistes Rocking l’ont ramené au béton sur lequel nos danses sont nées et ont combattu sous le ciel assombrissant pour déclarer un gagnant ! (Battle rocking)
Cet endroit où une vibe particulière se dégageait et où les b-boys régnaient comme rois a démontrer au monde entier que la danse et que la culture Hip Hop à de la valeur aux États-Unis. Cet évènement fait avec amour sponsorisé par Monster Energy Drink et Silverback Bboy Events a encore gardé son âme de 1997, époque où il n’y avait pas de sponsors pour promotionner et mettre en avant cette culture.
C’était un évènement dans lequel les soul clap étaient devenus le refrain d’une performance de rap en direct avec One Be Lo et Immortal Technique qui sont venus éduquer lyriquement tout les danseurs et personnes venus.
Mais cet évènement c’était aussi beaucoup d’émotions avec notamment un hommage magnifique donné à David Alvarado aka Mex One (Fondateur de The BBoy Spot  et du Festival Outbreak) par le groupe de musique FUSIK.

Concernant la compétition voici un petit récap :

Les juges, Crazy Legs (Rock Steady Crew) – Poe One (Stylelements) – Swiftrock (Battle Squad) – Reveal (Rock Force/Killafornia) – Wicket (Renegades), ont décidés après 9 rounds et un score de 7 à 2, de donné vainqueur Monster Energy Bboys (Benji, Box One, Moy, Kareem, Tata, Pocket, Jeremy, Gravity, Zeku), Crew sponsorisé par Monster Energy , sponsor officiel du Freestyle Session, ce qui est tout de même une grosse coïncidence mais ce qui n’enlève rien au mérite et au talents des bboys.
En final, il ont affronté The Squadron (Luigi, Kid David, Roxrite, Keebz, El Nino, Speedy, Vicious Victor, Squid), la Team de Bboy Spot qui rendait hommage à MexOne, avec des teeshirts Mex One Forever.
Ce battle, c’était juste le feu, un battle légendaire, avec les meilleurs bboys de la planète et donc le meilleur battle de l’année 2017.

Si vous souhaitez revoir l’ensemble des votes suivez-ce lien.

Pour cette 20ème édition du Freestyle Session, il fallait réellement y être pour le sentir, le voir et le croire, certes parce que c’était le 20ème anniversaire mais aussi parce que les plus grosses têtes de cette culture ont répondus présent et la musique, les cyphers la compétition, la vibe, les gens, les artistes étaient juste ouf.
A noté que la culture Hip Hop qui a plus 50 ans et notamment le b-boying sont toujours en vie en 2018.
Certes loin de sa genèse des 70’s dans le Bronx (New York) mais aujourd’hui c’est une culture qui a évolué avec son temps et qui est devenu global, présente dans chaque pays du monde où beaucoup d’argent est investis par des personnes tel que Cros1 ou Steve Graham (Silverback B-boy Events) qui permettent à ceux qui veulent en vivre de réaliser leurs rêves, car ils y voient de l’espérance pour la jeunesse et une flamme qui ne s’éteindra jamais. 
En résumé cet évènement me laisse à l’esprit que du positif, avec des images qui resteront à jamais gravé dans ma mémoire, c’était un rêve devenu réalité auquel j’aimerai retourné une autre fois.
Rare ont été les point négatifs que j’ai relevé, le seule aurait été peut être que cela a été trop court, j’aurais voulu que cela continue et que cela ne s’arrête jamais…
Bref, j’étais au Freestyle Session ! 😉

Quelques vidéos :
Recap Freestyle Session 2017 par Mason Rose
Recap par Yak

 My life is Freestyle

Pour revoir toute la compétition par Stance
Quelques photos faites maison :
Pour en savoir plus sur Freestyle Session :

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Fado

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *