L’article de journal le plus important de tous les temps sur la culture Hip Hop : « Afrika Bambaataa’s Hip Hop » en 1982

Il y a des moments de l’histoire qui changent le cours du monde et qui seront un jour ou l’autre repris par les générations futures.

L’article de Steven Hager du journal Village Voice  du 21 septembre 1982, intitulé Afrika Bambaataa’s Hip Hop, en fait partie.

Lorsqu’on lui a demandé «Comment le Hip-Hop a-t-il obtenu son nom?», voilà à quoi on se réfère le plus souvent.

Les mots eux-mêmes existaient depuis longtemps et avaient même été utilisés ensemble par des MC tels que Cowboy et Lovebug Starski , bien avant que Sugarhill Gang ne commence son premier album « I said a hip hop ». Mais c’est dans cet article que Bambaataa a décrit certains des principes du hip-hop, qu’il a parlé des quatre principaux éléments du hip-hop (breaking, dj’ing, rapping et writing également connu sous le nom de graffiti) et mettre les mots «hip» et «hop» dans un contexte culturel.

L’article expliquait l’histoire culturelle du cadre politique de l’époque qui a conduit à la naissance de la culture hip hop. Je commence par plonger dans la culture des gangs à New York, comment l’héroïne a tué les gangs dans les années 50 et comment ces gangs ont ressuscité en 1968.

Cela explique la contribution de dj Kool Herc au patrimoine de cette culture avec sa touche jamaïcaine dans le Bronx, identique à Grandmaster Flash pour l’amélioration de la technique et à Grand Wizzard Theodore pour avoir inventé le scratching, et éventuellement à Bambaataa pour mériter le titre de Maître des Vinyles. Il mentionne également certains des b-boys originaux comme Cholly Rock et Grand Mixer D.ST et parle du développement du breaking par rapport aux autres éléments expressifs du hip hop.

Ce que nous avons découvert à l’Université Cornell, ce n’était ni la première fois et ni le premier article papier où le terme «hip hop» était utilisé pour décrire les éléments.

Une autre interview de Bambaataa, 8 mois plus tôt, en parle déjà. En Janvier 1982 sur East Village Eye Michael Holman présente son interviewé Bambaataa et le hip hop est mentionné comme une culture qui comprend le rap, le breaking, graffiti writing et la street fashion des crews que portaient la sous-culture de rue.

Donc, de cette façon, East Village Eye doit également être mentionné.

Village Voice n’était peut-être pas le premier, mais c’était sûrement le plus important en étant approfondi et en expliquant les principes. Néanmoins, le hip-hop existait déjà et l’article de Village Voice était l’article où il était véritablement rassemblé en tant que force culturelle. Wild Style était prêt et le monde ne savait pas ce qu’il allait expérimenter. Une révolution culturelle qui influencerait des millions de personnes.

L’article de Village Voice de Steven Hager en résumé :

« Peu de sous-cultures new-yorkaises au cours de la dernière décennie ont été aussi créatives que celle qui nous a donné la musique rap, graffiti writing et le break dance, peut-être la première jeune culture à accorder la plus haute importance à l’imagination individuelle. »

Lisez-le, je vous garantis qu’il vous inspirera !

Fado

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *