Do You Know Dubmatique ?

Hello! Bienvenue dans ”Do You Know ?” la nouvelle mini-série de Not Only Hip-Hop ! Qu’est-ce qui va se passer ici ? Toutes les deux semaines, je vais tenter de vous faire découvrir un(e) rappeur(se), un producteur, bref un ou un(e) artiste du milieu musical hip-hop que vous n’avez peut-être pas dans vos listes de lectures ! Il n’y aura pas de limite : ça pourra être une interprète qui renouvelle le genre comme un vieux croûton des seventies ; peut-être une productrice virtuose qui fait des petites prods sympas dans sa chambre à deux rues de chez toi ou un rappeur super agile à Tombouctou ; ça pourra aussi simplement être une anecdote ou une histoire sur une musique plus connue, le tout en quelques lignes pas rasoir avec quelques sons pour accompagner le tout, histoire de vous faire découvrir des artistes d’autres horizons et vous donner des pistes pour pouvoir sortir un peu des sentiers battus en découvrant de nouveaux sons !

Ayant la chance de pouvoir vivre à Montréal je vais me faire un plaisir d’inaugurer cette série avec un groupe québécois : Do you know Dubmatique ?

Si vous avez eu l’occasion de faire un tour au Québec alors peut-être que vous êtes déjà familiers avec ce groupe qui fut l’un des piliers du rap québécois dans les années 90’s et a permis au genre de sortir de l’underground. L’histoire a commencé quand Disoul rencontre OTMC au Sénégal ; alors qu’à Dakar la plupart des groupes imitent les rappeurs US en anglais, il se démarque et impose leur style en français. Mais Disoul doit retourner au Canada pour ses études et OTMC en France ; ils restent cependant en contact et en 1991 OTMC prend un avion direction Montréal. Au cœur d’une scène underground dominée par le rap anglophone, ils réussissent de nouveau à s’imposer et DJ Choice se joint au duo pour la production. Dans la lignée de MC Solaar, ils écrivent leurs textes sans vulgarité avec des messages positifs. Après la mort d’un de leur ami, la chanson Soul Pleureur est un message de paix qui deviendra plus tard un hit.

En août 1996, ils effectuent leur première performance aux Francofolies, probablement un peu différente de celle à laquelle j’ai assisté 21 ans plus tard ! Mais c’est surtout quand ils font la première partie de la tournée des Backstreet Boys au Québec que le groupe prend de l’ampleur, et quelques semaines plus tard, la sortie de leur premier album La force de comprendre confirme le succès du trio. L’album est certifié disque platine et vendu à plus de 125 000 exemplaires ! C’est un véritable phénomène, qui met enfin la lumière sur le rap québécois. Á l’époque le groupe reçoit le Félix du… meilleur album rock alternatif de l’année. Il faudra attendre deux ans pour avoir la catégorie album hip-hop, c’est dire ! Le rap québécois s’est trouvé un point d’appui solide et l’histoire continue, avec notamment Radio Radio dans un autre style mais c’est à vous d’aller chercher la suite !


Sources :

 

Etudiant en sociologie et intervenant dans un centre communautaire, autant dire que la culture est un sujet qui me passionne, d’où mon affinité avec le Hip-Hop qui est l’expression d’une culture vaste et riche. J’apprécie beaucoup de styles de musiques différents, jazz, hip-hop, rock, funk, house, afrobeat, techno, ce qui m’a mis sur la voie du vinyle, je passe mon temps libre à digger que ce soit sur internet ou chez les disquaires.

Benjamin

Etudiant en sociologie et intervenant dans un centre communautaire, autant dire que la culture est un sujet qui me passionne, d’où mon affinité avec le Hip-Hop qui est l’expression d’une culture vaste et riche. J’apprécie beaucoup de styles de musiques différents, jazz, hip-hop, rock, funk, house, afrobeat, techno, ce qui m’a mis sur la voie du vinyle, je passe mon temps libre à digger que ce soit sur internet ou chez les disquaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *