Interview avec le légendaire DJ Cut Chemist : « La France est l’un de mes endroits préférés parce que c’est un énorme melting pot de cultures »

English Below


Lucas MacFadden aka Cut Chemist, est un Deejay et producteur américain. Il commence sa carrière de Deejay en 1984 alors qu’il n’a que 11 ans puis se fait connaître au sein du groupe de rap Jurassic 5 et du groupe de funk latino Ozomatli. Il poursuit en parallèle une carrière solo, ainsi que diverses collaborations avec notamment DJ Shadow, Steinski ou Shortkut.

Tout d’abord c’est un honneur pour nous de faire une interview avec toi, tu es à mon avis l’un des meilleurs DJ au monde, tu es aussi un de ces DJ qui gardent la racine de Dj Kool Herc / Afrika Bambaataa / Grandmaster Flash vivant, alors merci pour ton temps !

1) Première question, d’où te viens le nom de Cut Chemist ?

Mon nom vient du père d’un amis qui m’a donné le nom en 1989. Je l’ai aimé en raison de l’analogie de «mélanger de la musique comme des produits chimiques».

2) Comment es-tu arrivé au deejaying / beatmaking? As-tu déjà essayé d’autres éléments de la culture Hip Hop (Breaking, MC, graffiti) ?

En 1983, j’ai commencé avec le breakdance. Je me suis aussi lancé dans le DJ et le graffiti à cette époque. En 1985, j’ai cessé le break, mais j’ai continué à faire du DJing et des graffitis. À ce jour, je fais toujours les deux.

3) Qui sont les DJs qui t’ont influencé ?

Mes plus grandes influences étaient D.S.T. Bambaataa et Flash pour les old school.

Howie Tee, DJ Cheese, et Marley Marl pour la middle school et Q-Bert, Kid Koala et Craze pour la new school.

Grand Master Flash – Kool Herc – Afrika Bambaataa
Marley Marl
Q-Bert
4) Tu es l’un des rares Deejays qui donnent de l’importance aux b-boys / bgirls pendant tes shows, pourquoi leur donnes-tu des crédits ?

J’accorde du crédit aux b-boys et aux b-girls parce que la danse est pour moi une partie très importante de la culture hip-hop. C’était ma porte d’entrée dans tout cela et donc je les respecte fortement.

5) Mixes-tu toujours dans des fêtes ou des jams/ blockparties ?

Je ne fais pas le DJ pour des jams parce qu’ils veulent seulement entendre des trucs courants. J’aime jouer tous les types de musique.

6) Revenons à ta collection, sais-tu combien de disques tu as ?

40 000 vinyles.

7) Quelles sont tes techniques pour digger ? Quelles sont tes meilleures adresses (boutiques, sites internet) pour digger ?

Je cherche habituellement des disques pressés privés. Plus le budget est local et faible, plus c’est intéressant pour moi. Superfly à Paris c’est bien!

8) Quelle est la plus belle pièce que tu as trouvée ?

Trop de noms pour nommer ma pièce préférée.

9) Que penses-tu de la scène Hip Hop française (scène deejay) par rapport aux autres pays où tu as pu voyager ?

Je ne suis pas très familier avec la scène hip hop française de nos jours mais je me souviens d’avoir digger à la fin des années 90 avec des rappeurs comme Shirikin (Shurik’n-IAM). Ses disques étaient dope.

10) Lors de ton spectacle aux étoiles (Paris) tu as dit que la France est l’un de tes endroits préférés dans le monde, pourquoi aimes-tu tellement la France ?

La France est l’un de mes endroits préférés parce que c’est un énorme melting pot de cultures différentes. Je peux trouver autant de genres différents de musique en France des années 80 industrielles aux africaines / éthiopiennes. Aussi, la France semble vraiment répondre au bon art et aux nouvelles idées. J’ai toujours apprécié ça.

11) Tu as indiqué que 60% des samples de ton dernier album « Die Cut » proviennent de la musique française, comment la France a-t-elle jouée un rôle sur la musique de ton dernier album et pourquoi as-tu sélectionné des sons essentiellement français ?

Die Cut utilise beaucoup de sonorités industrielles françaises par un groupe appelé Vox Populi ! J’ai été fasciné par la culture des cassettes de la France au début des années 80 et je voulais en faire de la musique hip-hop. Le résultat était Die Cut.

12) Peux-tu nous parler de ton nouveau projet « Die Cut » ?

Die Cut est mon dernier album d’artiste. C’est la suite de mon premier album The Audiences Listening. C’est un voyage sonore à travers différents styles de musique à la fois basé sur l’échantillon et en direct avec Biz Markie, Chali 2na, Myka 9, Edan et M. Lif et plus encore.

13) Où as-tu eu l’idée de mettre des vidéos pendant que tu mixes ?

Ma première idée de mettre des images vidéo sur mes sets de DJ a commencé avec Brainfreeze qui était un spectacle en direct que j’ai fait avec DJ Shadow en 2000. Nous avons eu un réalisateur vidéo pour éditer des images de fond d’écran de publicités 7-11. Depuis lors, à la fois Shadow et moi avons évolué des performances de DJ basées sur le visuel dans nos propres spectacles séparément. J’ai rencontré l’artiste visuel Tom Fitzgerald en 2004 dans un club que je fréquentais à Hollywood. J’ai aimé son style et sa connaissance du hip-hop, je l’ai embauché pour être le directeur vidéo de mes performances et il est avec moi depuis.

14) Quel est ton Top 5 des meilleurs breaks pour B-boy’Z et B-Girl’Z ?

Mes 5 meilleurs B-boy Breaks sont:

  • The Mexican par Babe Ruth

  • Superbad par James Brown

  • It’s Just Begun par Jimmy Castor

  • Apache par Incredible Bongo Band

  • I Believe in Miracles de Jackson Sisters.

15) Quelle est la meilleure chanson que tu as produit selon toi ?

Ma chanson préférée que j’ai produite est Thin Line de Jurassic 5 avec Nelly Furtado. C’était la première fois que je produisais une chanson avec un chanteur commercial. Je l’ai pris plus au sérieux que n’importe quelle autre chanson avant elle.

Merci à DJ Cut Chemist de nous avoir accordé du temps pour cette interview durant sa tournée ! 🙂

Pour plus d’informations sur DJ Cut Chemist : Site web de DJ Cut Chemist


Lucas MacFadden aka Cut Chemist, is a Deejay and American producer. He began his Deejay career in 1984 when he was only 11 years old and became known in the rap group Jurassic 5 and the Latin funk group Ozomatli. He is pursuing a solo career, as well as various collaborations with DJ Shadow, Steinski and Shortkut.

First of all it’s an honor for us to do an interview with you, you’re in my opinion one of the best dj in the world, you’re also one of this dj that keep the root of Dj Kool Herc/Bambaataa/Grandmaster Flash alive, so thank you for your time !

1) First Question, where your name Cut Chemist came from ?

My name comes from a friends father who gave me the name back in 1989. I liked it because of the ‘mixing of music like chemicals’ analogy.

2) How did you get to deejaying / beatmaking? Have you tried other Hip Hop elements before (Breaking, MC, graffiti) ?

In 1983 I started breakdancing. I got into djing and graffiti as well at that time. By 1985 I stopped breaking but kept djing and doing graffiti. To this day I still do both.

3) Who are the DJs who influenced you ?

My biggest dj influences were D.S.T. Bambaataa and Flash for the old school.

Howie Tee, DJ Cheese, and Marley Marl for the middle school and Q Bert, Kid Koala and Craze for the new school.

4) You are one of the few Deejays who give importance to b-boys / bgirls during your shows, why you give them credits ?

I give b boys and girls credit because the dance is a very important expressive part of the hip hop culture to me. It was my gate way into it all and so I respect it highly.

5) Do you still mix in parties or jams/blockparties ?

I don’t DJ block parties or jams because they usually only want to hear current stuff. I like playing all types of music.

6) Let’s go back to your collection, do you know how many records you have ?

40,000 records

7) What are your techniques for digging ? What are your best addresses (shops, websites) for digging ?

I usually look for private pressed records. The more local and low budget, the more interesting it is to me. Superfly in Paris is good!

8) What is the most beautiful piece you found ?

Too many to name my favorite found piece.

9) What do you think about the French Hip Hop scene (deejay scene) compared to other countries where you could travel ?

I’m not too familiar with the french hip hop scene these days but I remember digging it in the late nineties with rappers like Shirikin (Shurik’n – IAM). His records were dope.

10) At your show at Les étoiles (Paris) you said that France is one of your favorite places in the world, why do you love France so much ?

France is one of my favorite places because it’s a huge melting pot of different cultures. I can find so many different kinds of music in France from 80s industrial to African/Ethiopian. Also, France really seems to respond to good art and new ideas. I’ve always appreciated that.

11) You indicated that 60% of the samples of your last album “Die Cut” come from French music, how does France play a role on the music of your last album and why have you selected mostly French sounds ?

Die Cut uses a lot of french early industrial sounds by a group called Vox Populi! I was fascinated with the early to mid 80s cassette culture from France and wanted to make hip hop music out of it. The result was Die Cut.

12) Can you tell us about your new project “Die Cut” ?

Die Cut is my latest artist album. It is the follow up to my first LP The Audiences Listening. It’s a sonic journey through many different styles of both sample based and live music featuring Biz Markie, Chali 2na, Myka 9, Edan and Mr Lif and more.

13) Where did you get the idea of putting videos while you mix ?

My first idea to put video images to my dj sets started with Brainfreeze which was a live show I did with DJ Shadow in 2000. We had a video director edit « wallpaper » footage from 7-11 commercials. Since then, both shadow and I have been evolving visual based dj performances in our own shows separately. I met visual artist Tom Fitzgerald in 2004 at a club I was djing at in Hollywood. I liked his style and knowledge of hip hop so I hired him to be the video director of my performances and he’s been with me ever since.

14) What is your Top 5 of the best breaks for B-boy’Z and B-Girl’Z ?

Top 5 boy breaks are :

  • The Mexican by Babe Ruth
  • Superbad by James Brown
  • Its Just Begun By Jimmy Castor
  • Apache by Incredible Bongo Band
  • I Believe In Miracles by Jackson Sisters
15) What is the best song that you ever produced ?

My favorite song that I ever produced is Thin Line by Jurassic 5 featuring Nelly Furtado. It was the first time I ever produced a song with a seasoned singer. I took it more seriously than any other song before it.

Thanks to DJ Cut Chemist for giving us time for this interview during his tour! 🙂

For more information on DJ Cut Chemist : Website of Cut Chemist

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Fado

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Une pensée sur “Interview avec le légendaire DJ Cut Chemist : « La France est l’un de mes endroits préférés parce que c’est un énorme melting pot de cultures »

  • 26 juillet 2018 à 21:29
    Permalink

    Cut Chemist, tout bonnement légendaire!!!
    Je l’ai vu plusieurs fois avec Jurassic 5, et une fois avec Shadow pendant le Rythm Renegade tour… Claques visuelles et auditives! Big up!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *