Interview du beatmaker montréalais « GrandHuit » fondateur du collectif Tour De Manège

GrandHuit, beatmaker Montréalais de musique hip-hop et électro fondateur du collectif Tour De Manège et binôme du groupe Amaterasu nous a donné un peu de son temps pour répondre à quelques questions sur sa vie de beatmaker et sur la scène beatmaking actuelle.

1. Pour ceux qui ne sauraient pas qui tu es, peux-tu te présenter ?

Salut ! Moi c’est GrandHuit, beatmaker depuis quelques années et membre fondateur du collectif Tour De Manege avec GooMar et JoBer. Je suis originaire de l’ile de la Réunion et vit à Montréal depuis 4ans maintenant.

2. Comment es-tu arrivé au beatmaking ?

Je suis arrivé dans le beatmaking de manière assez classique, j’écoutais beaucoup de musique, dans mon casque c’était surtout de la musique electro et du hip-hop américain ou instrumental, je sais pas ça me parlait vraiment sans trop savoir pourquoi..Et la culture du sample m’est venu plus de la famille qui écoutait beaucoup de musique plus jazz, ou acoustique. A force de digger des instrus sur le net ( souvent pour des amis MC a l’époque pour qui j’allais fouiner des prods dans les profondeurs d’internet ) j’ai fini par décider de m’y mettre et j’ai acheter ma première machine.

Interview du beatmaker montréalais "GrandHuit" fondateur du collectif Tour De Manège3. As-tu touché à d’autres éléments de la culture hip hop ?

Oui et je dirais meme que c’est cet autre élément qui m’a conduit a la musique hip-hop, je fais également du graffiti depuis 8 ans maintenant et ça me passionne toujours, c’est principalement grâce au graff que j’ai commencer a voyager, a rencontrer du monde et me faire pleins d’amis un peu partout sur le globe via cette culture commune, amis dont certains sont devenus très impliqué dans notre collectif de musique aujourd’hui ( comme JoBer notre illustrateur par exemple ).

4. Y a-t-il eu un âge d’or dans le Beatmaking comme le rap à une certaine époque ?

C’est délicat comme question..je me considère de la nouvelle génération donc je suis pas le mieux placé pour te dire comment c’était a l’époque, mais en tout cas de tout ce que j’ai pu écouter, pour ce qui est de la scène française je pense qu’il y a eu un boom a un moment a la fin des années 90 et au début des années 2000 quand des types comme Dj Mehdi, Busy P, Guts ou meme les Birdy Nam Nam et les débuts de Chinese Man ( pour la partie plus trip-hop).. C’était beau mais court et aujourd’hui a part ces même artistes qui sont toujours au top il n’y a plus vraiment cet effet de grosse claque générationnelle d’un groupe de gars qui arrive et qui retourne tout mais j’ai l’impression qu’il y a un retour d’intérêt autour du beatmaking et du trip-hop, mais c’est encore tout nouveau et je ne sais pas trop comment ça va évoluer.

5. En ce moment, dans le Hip-Hop nous avons l’impression de revenir à la base, à savoir la musique électronique. Que penses-tu de l’état actuel du Hip-Hop, de cet abaissement des frontières entre les genres ? D’ailleurs, est-ce que tu te revendique toujours comme Hip-Hop ?

Question très intéressante car je suis convaincu que ces deux styles, le hip-hop et la musique électronique sont liés et depuis le début.. A l’époque les afters de house c’était les after de gros battle de hiphop, c’était un peu la suite logique pour ceux qui voulaient continuer la fête ! Mais avec le temps ces deux univers se sont vraiment séparés ( il n’y a qu’a regarder un peu autour de soit le public des soirées technos qui commence a 03h du matin et celui des soirées trap dans les bars hype du centre ville ).. Oui je me revendique toujours hiphop, et plus que jamais car a la base le hiphop c’est l’abaissement des frontières et on ne devrait pas être catégoriser dans une seule case forcement, ça vaut pour la musique comme socialement.

6. Que penses-tu de la scène beatmaking d’aujourd’hui, à Montréal et à l’international ? Pour toi, y a-t-il réellement une scène beat en France ? Est-on en retard par rapport aux Etats-Unis, ou est-ce au contraire un style en pleine expansion de ce côté de l’Atlantique ?

La scène beatmaking d’aujourd’hui pour moi c’ est un peu comme un phénix un peu en galère qui renaît de ses cendres mais qui se traîne un peu. Il y a une réelle demande et un retour de l’intérêt autour de cette musique très variée, certains artistes trip-hop ( et je me considère comme partie de ce groupe ) font des productions parfois très bombap tout comme dub ou complètement house, du coup les gens commencent a voir un peu qu’il n’y a pas vraiment de limite et que ça dépend vraiment de l’artiste ( ça vaut aussi pour des artistes issus de la house et de la techno qui parfois mette des touches de hiphop ou des samples hiphop dans leur production.. Ca marche ! ) Il y a de plus en plus d’événements ici a Montreal et en France, après ce n’est pas encore la grande foule comme certains gros artistes en place depuis longtemps, mais ça commence et je pense que c’est international comme effet grâce a internet. On a fait des dates en France avec Tour De Manege cet été, c’était vraiment top et les gens vraiment au taquet, et de retour a Montréal, meme si un peu moins nombreux qu’en France, les gens sont tous aussi intéressés et de plus en plus stimuler par ces styles. Je pense donc que c’est un petit retour international, reste a voir si il y aura un vrai comme back autour de ça ou si ça restera un peu stagnant comme aujourd’hui( bien que sympa aussi ).

7. Quelles sont tes inspirations dans le beatmaking ?

Un mélange d’épices entre voyages, boom-bap, house, dub, parfois trap ou techno. Les vinyles et les samples restent ma source d’inspi principale.

8. Quel est ton top 5 des meilleures beatmakeurs ?

Mmmh…5 c’est chaud..Car ça change souvent ! Là en ce moment je dirais Elaquent pour son groove, Samiyam pour son style, JIM ( de loin ) pour son grain et l’émotion de ses prods, GooMar pour ses drums et Dj Mehdi pour l’immense variété de ses productions.

9. Quel est le lifestyle d’un beatmaker ?

Ca dépend je pense, il y a plein de styles différents ! Mais je dirais que dans l’ensemble de ceux que je connais ça se résume beaucoup a faire de la prod, boire, fumer, balancer du son des que un cable jack se présente,travailler (il faut bien) et rigoler, beaucoup, ça cest le plus important !

10. Quel matériel est-ce que tu utilises pour le beatmaking et quel est le budget moyen pour être un beatmaker ?

Concernant mon set-up je suis passé par plusieurs phases mais je dirais que maintenant je suis sur quelque chose de plutôt stable.. Je produis sur Reason et Maschine ( avec la Maschine qui va avec du coup ), j’ai deux SP, la 404 et la 555, deux contrôleurs midi en plus ( un akai mpk qui prend la poussière et un clavier maître juste pour quelque mélodies ) et en plus de ça un set up de platines vinyles ( pour sampler et ou jouer/scratché ) avec 2 technics sl1200 et un djm600 en mixer. Le budget moyen pour être beatmaker il n’y en a pas..les machines ne sont que des plus ou des instruments, un ordinateur et une souris suffisent quand on a la tête pleine d’idées.

11. Comment est-ce que tu décrirais ton style ou ton toucher ?

C’est jamais évident de se décrire soi meme mais je dirais que en ce moment je suis beaucoup sur les délires hip-hop/electro, un peu hybride. Des grosses batteries de hip hop avec des synthés plus électronique ou des rythmique plus rapides. En général les samples viennent d’un peu partout et de beaucoup de styles, je suis pas bloqué a l’étage jazz, je dirais donc trip-hop et electro au sens large de chaque terme.

12. Quel est l’endroit le plus improbable ou tu as pu beatmaker ?

J’hesite entre en plein cours de fac et en pleine présentation de projet devant tout le monde ou sur des voies ferrées tard la nuit.

13. Pourrais-tu nous parler de GrandHuit et de Tour de Manège ?

Interview du beatmaker montréalais "GrandHuit" fondateur du collectif Tour De ManègeGrandHuit est mon nom de beatmaker car ça découle de mon ancien blase en graffiti et du fait que j’aime bien la petite sensation d’adrénaline qu’on peut ressentir sur un manège. Quand j’ai lancé le projet Tour De Manège, je m’attendais pas a ce qu’on devienne un collectif, je pensais que ça serait un projet unique et puis le truc était tellement lourd, la connexion avec les autres s’était faite et le premier album a un peu servit de « fondations » musicale du style Tour De Manège. Aujourd’hui Tour De Manège c’est plus de 20 beatmakers dont 10 très impliqués dans le projet avec qui ont est devenus amis, c’est une discographie de plusieurs centaines de prods et un crew qui se propage aussi bien en Europe qu’a Montréal, on en est les premiers heureux.

14. Pourquoi avoir donné des noms d’attractions à vos projets ?Interview du beatmaker montréalais "GrandHuit" fondateur du collectif Tour De Manège

Pour le coté « délirant » un peu qu’on a, comme je te le disais plus haut on est plutôt des bons vivants et on aime avant tout voyager et se marrer, y’a ptet quelque chose d’un peu forain la dedans.. En tout cas il y a déjà eu des confusions entre mon nom GrandHuit et le collectif Tour De Manege au début, mais c’est devenu un clin d’oeil sympathique maintenant. L’idée est de pas se prendre la tete, un peu comme dans un manege, mais aussi de contempler tout ses subtilités et complexités , encore une fois, comme dans un manege.

15. Peux-tu nous parler de tes projets ?

Yes ! Je n’ai pas encore sortit beaucoup de projets mais ce sont des projets que j’apprécie beaucoup et ce sont des collaborations. Mon premier album digital était  » Moose Head  » produit avec mes amis Ours Samplus, un 13 tracks très intense ou on a vraiment voulu ouvrir des portes en terme de styles. Il y a aussi mon deuxième projet  » Point G  » avec GooMar ( et Poes a la cover ) qui est dans un esprit beaucoup plus planant, avec des drums et des samples plus envoutant et plus carrés, il a quelque chose de plus boom-bap que Moose Head mais a une touche abstraite très subtile que j’aime beaucoup ( en plus d’avoir les magnifiques batteries de GooMar pour sublimer tout ça ) Mon prochain projet sera pour fin Octobre, avec James Cole Pablo cette fois-ci mais sous un autre nom : Amaterasu ( un nom commun pour ce projet ) dont l’univers sera beaucoup plus secret et étrange. Je prépare également un projet solo mais il ne verra pas le jour avant milieu d’année prochaine.

16. Si tu avais 1 vœu à faire pour améliorer la scène musicale de demain, quel serait-il ?

L’entraide, le partage, et des vrais moyens mis a dispositions des producteurs pour leur permettre d’échanger, de se rencontrer, de jouer ensemble, de produire. Ou alors…..brûler l’industrie de la musique commerciale et tout ses pionts. Pile ou face ?

17. Aurais-tu des conseils à donner à ceux qui souhaiteraient se lancer dans le beatmaking ?

Lachez-vous. C’est le seul secret.

18. Aurais-tu des dédicaces à faire passer ?

Forcement au crew ! Tout mon Tour De Manege clan et plus particulièrement les potes avec qui ont a commencé cette aventure , GooMar , JoBer, GuiB, Yousla, James Cole Pablo, Saligo et tout les autres. Une dédicasse à monsieur Roland qui a eu la sublime idée de la SP ainsi qu’a toute les belles villes du monde.

19. Un dernier mot ?

Big up NotOnlyHipHop pour ces questions complètes, ça faisait longtemps que je m’étais pas musclé les doigts comme ça ! A vite.

Merci à GrandHuit pour son temps on vous laisse avec quelques pépites musicales ! 🙂

  • EP en duo :

Moose Head est un album hybride oscillant entre le hip-hop et l’électronique, mélangeant le style du duo Ours Samplus à celui de GrandHuit. 13 morceaux dont chacun possède son inspiration, sa couleur et sa propre temporalité…

Mix & Master : Jonn9000


FREE DOWNLOAD !!!

Exclu du projet de Goomar et GrandHuit  sortie prévue pour le vendredi 30 septembre ici. Vous pouvez en attendant l’écouter sur Facebook.

  • D’autres productions en solo :

Pour plus d’informations et plus de productions :

Fado

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *