Interview DJ Lord Funk : « Quand tu arrives comme le Messie avec pleins de nouveautés ils t’adoptent sans difficultés »

Dj Lord Funk Interview Not Only Hip Hop
Dj Lord Funk

Rencontre avec Dj Lord Funk, créateur du label Boogie Butt Records, qui parcourt le monde entier avec ses bacs de disques.

Pendant de nombreuses années, gérant de magasins fournisseur officiel de samples des plus grands producteurs d’electro et rap du monde : comme Fat Boy Slim, Kenny Dope, DJ Spinna, The Beatnuts, DJ Muggs, Lord Finesse & Buckwild, Bob Sinclar, Pete Rock, Q Tip, DJ Premier ou encore Pete Rock et bien d’autres.

Producteur, curateur d’émissions de radio funk, disco, soul & jazz, piler musical de Kourtrajme ou encore beatmaker de Seth Gueko, 113, Scred Connexion, c’est un véritable homme à tout faire qui partage sur scène ses meilleures galettes.

Il anime aujourd’hui l’Oreille Cassée, « l’émission qui corrige tes acouphènes », tous les samedis à 18h sur les ondes de Radio Marais, avec le meilleur de son immense discothèque : funk, slow, exclus, perles rares, breaks, rap, ghosts tracks…

Il sort le premier album de son label en septembre 2016  « The Real Fake MC » ainsi que la compilation Boogie Funk et d’autres donuts distillé sur Boogie Butt Records.

Il nous a accordé du temps pour qu’on lui pose quelques questions sur ses débuts à aujourd’hui :

  • Comment es-tu arrivé au deejaying ?

Au Club Med j’avais 10 ans et j’ai vu le DJ entouré de meuf et j’ai trouvé ça vraiment cool donc à 12 ans j’ai du m’acheter ma première Dual avec une mixette Power et j avais mon Ghetto Blaster sur l’autre piste pour commencer.

  • T’es-tu essayé à d’autres disciplines (Breaking – Graffiti – MC) ?

Oui en 84 on faisait du break entre potes à Rosny sur Seine et on allait à la maison pour tous ou il y avait une session par semaine mais ça a pas duré longtemps et pour le Mic j’ai commencer par me faire écrire le texte au 3/4 de SugarHill Gang en colonie de vacances par un des accompagnateur de la cool qui était anglais je me rappelle même pas l’âge que j avais peut être 10 ou 11 ans et je kiffais trop de le faire sinon plus sérieusement on avait fait un groupe « Les Jazz Concept » en 90 avec Bronco qui faisait les beats et moi et un de mes amis Frog des (Mantes City Breakers)  on rappait dans notre chambre et s’en ai jamais sorti et tant mieux pour vos oreilles (rires).

  • Quand as-tu entendu parler pour la première fois de culture Hip Hop ?

Par la télé en 1979 je rentre de l’école et comme mes parents étaient pas la vers ces heures je faisais pas vraiment mes devoirs , imagine qu’il n y a que 3 chaînes à l’époque et je tombe sur un documentaire qui se passe dans le Bronx … et ou la voix off explique qu’ une jeune photographe blanche ose s’aventurer dans les Ghetto Black pour voir comment les jeunes s’occupent …

martha cooper street play
Martha Cooper – Street Play

Je vois dedans des gars qui font des flips en retombant sur le dos ou des danses bizarres que j’ai jamais vu et le dj qui fais des aller retour avec ses skeuds je crois que c’est Kool Herc dans le truc mais imagine bien que je sais même pas du haut de mes 9 ans que je kifferai ce genre de Dj et des années après avec l’émission de Sydney car même s’il en passait déjà sur Radio 7 j avais pas vraiment capté car c’était vraiment tiré vers le Disco Funk avant qu’apparaisse l’electro donc je dirais H.I.P H.O.P sur TF1.

Sidney Hip Hop Interview lord funk
Sidney H.I.P H.O.P
  • Quelles sont les Deejays qui ont pu t’inspirer ?

Aucun

  • À quoi ressemble le quotidien d’un Deejay ?

Ecouter ses disques , préparer des sets.

  • D’où vient ton nom LORD FUNK ?

Du groupe des années 70.

  • Tu as pu mixer un peu partout dans le monde, quels sont les endroits où tu as pris le plus de plaisir à mixer ?

Particulièrement à New York le Window Of The World qui se trouvait tout en haut des Twins Tower car c’était impressionnant  cet endroit tu mixais à coté du vide et tu pouvais sentir le vent entre l’écart des vitres et des étages (trop flippant) avec des kilomètres de lumières a tes pieds tellement tu voyais loin , sinon Cielo (New-York) et aussi le Centro Fly (New-York) .

Centro Fly new york Interview Dj Lord Funk
Centro Fly NYC
Cielo New York Interview Dj Lord Funk
Cielo New York
Windows of the world interview dj lord funk
Windows of the world
  • Racontes-nous ton premier voyage à New-York, pourquoi être partit là-bas plutôt qu’ailleurs ?

C’est fin 89 pour trouver du son car j’ouvrais un magasin de skeud a Paris (USA Music) , on a trouvé avec mon assoce de l’époque un magasin du nom de Downstairs Records sur la 43 ème rue , c’était le paradis du break de batterie ……

  • Quels sont les personnalités qui sont venus le plus se fournir en vinyle chez toi ?

Chez moi à la maison Lucien Papalu, Dj Spinna, Dj Vadim, Paul Hunter, The High & The Mighty, Just Blaze …

  • Comment c’est fait ton intégration à New York auprès de grands noms tel que que Lord Finesse, Pete rock, Dj Premier…?

Sans aucun problème quand tu arrives comme le Messie avec pleins de nouveaux skeuds que les ricains connaissent pas à l’époque et que tu leur sort que des cartouches avec des break ou des loop de dingue ils t’adoptent sans difficultés.

  • T’as été le vendeur de sample pour ces artistes, pourquoi ils ne t’ont jamais donné de reconnaissance (props) ?

A part 2 ou 3 remerciements sur album par Pete Rock ,High & The Mighty ou The Beatnuts c’est vrai que les gars aiment pas trop dire que quelqu’un d’autre leur mâche le taff.

  • Revenons sur ta collection, tu sais combien tu as de disques ? Les styles ? Comment les ranges-tu ?

Soul, Funk, Disco, Boogaloo, Musiques de Films, Illustrations sonores, Afrofunk, Bresil, Reaggae, Oldschool DiscoRap, JazzFunk … , et tous les Groove possible des années 60 à maintenant. Je les range par ordre alphabétique et style et par format bien sur les maxi , les albums et les 45 tours.

  • Y a-t-il un disque que tu recherches en particulier, ton Graal à toi ?

Plus maintenant mais j’ai couru longtemps derrière certains skeud effectivement.

  • Quelles sont tes techniques pour digger ?

Le touché, une bonne vue et bien sur une parfaite ouïe (rires) et surtout du cul.

  • La plus belle pièce que tu as trouvée ?

Y en a un peu trop qui ne sortiront pour rien au monde de ma collection, la liste est un peu longue.

  • Jeune, tu as créé un magasin de disque avec un ami d’enfance, comment t’es venu à l’esprit de créer ce magasin et si jeune ?

Eh bien depuis 86 on partait souvent à Anvers ou Amsterdam et qu’on trouvait toujours pleins de disques en double on décidé de les vendre et rien de mieux qu’un shop de skeud.

  • Quels sont tes meilleurs souvenirs en tant que Deejay et gérant de magasin ?
Dj Premier interview dj lord funk
Dj Premier
dee nasty interview dj lord funk
Dee Nasty

DJ c’est avec Primo au Batofar ça faisait trop longtemps qu’on s’était pas vu bonnes retrouvailles, sinon sur une plage pour 5000 personnes ou dans un autre style plus electro avec Supermen Lovers en Georgie pour des mafieux c’était lointain ….

Vendeur de skeud en 91 c’est lorsque Dee Nasty m’à demander s’il pouvait se faire filmé dans mon magasin par Giga , tu te dis que quand même tu as GrandMaster Dee Nasty qui te fait cette faveur à l’époque ça veut dire que ton shop est sérieux. Après à New York à A1 Record la liste de personne que je kiffais et que j’ai vu est longue mais c’était dingue un pur kiffe.

  • Peux-tu nous parler de Boogie Butt Records ?

C’est le label de prod , mashup , edit que j’ai monté en 2015 , plutôt axé sur des sortis vinyls , les tendances Electro Funk 1984 à la Kleeer Intimate Connection voir PFunk ou encore Oldschool Rap avec notre unique et immense  Blowfly (RIP)  and The Real Fake MC. Le premier album du label sort en début septembre 2016 avec l ‘artiste « The Real Fake MC » j’adore je suis impatient de sa sortie il y a des tracks phénoménaux et une compilation Boogie Funk pour octobre avec plusieurs artistes tel que Wilfrid du Gang Du Lyonnais ou encore Dogg Master pour ne citer qu’eux.

boogie butt records interview dj lord funk
Boogie Butt Records
  • Quel est ton Top 4 des meilleurs breaks pour les B-boy’Z et B-Girl’Z ?

« Humpty Dump » forcement des Vibrettes, Coke Escovedo « I Wouldn’t Change A Thing »,  j’ai une version de Jimmy Castor Bunch de It Just Begun qui doit sortir en 45 tours dans quelques mois à surveiller et mon track « Stop Sayin Fuck « .

  • Entre la soul, la funk, le disco, le rap, l’électro, quel est ton style musical préféré ? Pourquoi ?

Toutes me fascinent , elles ont leurs propres différences de funk que j’ai besoin en tout cas.

  • En soirée tu joues sur quel support, pourquoi ?

Vinyles je préfère mais c’est si tu payes assez cher sinon en clé USB car il y a beaucoup d’endroits qui n’ont pas de platines non plus donc j’ai riper pas mal de ma collection pour les avoir en bonne qualité.

  • Quel impact a eu internet sur la vente de vinyle, pour toi en tant que digger, deejay, ancien gérant de magasin ? quel regard portes tu sur les sites web comme discogs ?

En quelques clics  internet à donné la chance à meme des aveugles et des sourds de trouver des purs disques que j’ai mis plus de 30 ans à accumuler en grattant des entrepôts de palettes de disques ou tu peux y garer 3 avions A320 et du coup sur discogs c’est la foire à la patates maintenant tu as des disques qui valent plus un clou et d’autre c’est de la branlette tout le monde ingurgite des tonnes de musiques trop rapidement avec des youtube etc.

C’est un peu devenu du fast food.

DJ Lord Funk Interview
DJ Lord Funk
  • Quels conseils auraient tu à donner à ceux qui souhaiterait devenir deejay comme toi ?

D’accumuler beaucoup d’heure d’écoute beaucoup de disques pour bien capter comment monter un bon set avant de sortir de sa chambre pour s’occuper des tympans des autres.

  • Quelle est ton actualité, tes prochains projets ?

Le premier album du label en septembre 2016  « The Real Fake MC » et la compilation Boogie Funk et d’autres donuts distillé sur Boogie Butt Records.

  • Si tu devais définir ta musique, comment la définirais-tu ?

The Right Touch.

  • Un dernier mot, as-tu des dédicaces à faire passer ?

Dédicaces à mes frères d’armes Logilo , Gang du Lyonnais, Dee Nasty , The Real Fake MC , Dj Suspect ……
Vous pouvez retrouver toute son actualité sur ses médias sociaux :

 

Encore merci à Lord Funk pour sa sympathie et son temps ! 🙂

slow down and enjoy the funk interview dj suspect

 

Fado

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *