L’interview flash avec un pionnier de la culture Hip Hop : Dan de Ticaret

Ouvert de 1986 à 1997 dans le 10 ème arrondissement de Paris , la légende de Ticaret  est né quand Dan, vendeur dans le magasin qui était à l’origine une fripperie, comprend en se rendant régulièrement au terrain à Stalingrad,  le développement d’un certain style vestimentaire Hip-Hop. Il a l’idée de demander au gérant d’origine du magasin situé , qui se rend régulièrement à NYC, de lui ramener l’accessoire B-Boy du moment : les names plates, ces énormes ceinturons arborant son blaze en lettres capitales dorées. La vente de cet accessoire fut un tel succès que le gérant proposa à Dan de gérer lui même la boutique. 

Toujours un grand activiste de la culture Hip Hop, Dan de Ticaret est aujourd’hui résident au Réservoir en tant que Deejay, il nous a accordé un peu de son temps pour nous parler de son passé et d’aujourd’hui.

1.Pour ceux qui ne te connaîtraient pas, peux-tu te présenter ?

Un gars de banlieue qui a eu la chance d’ouvrir la première boutique hip hop en europe.

2.Comment as-tu entendu parler pour la première fois du Hip Hop et de sa culture (b-boy, graffiti, dj, mc…)

Par le biais d’une affiche dans la rue « pour voir les meilleur danseur de new york ».

3.Quel a été ton déclic pour ouvrir la première boutique de vêtements Hip Hop en France

L’insistance des Bad Boys Crew pour ramené des name plates.

4.Qu’est ce qui t’as influencé pour le choix des vêtements dans ta boutique ?

À l’écoute des B-boy’z

5.Qu’est-ce qu’on pouvait trouver dans ta boutique de funky fresh à l’époque ?

Presque tout ce que les rappeurs avait dans les clips de l’époque c’est à dire chaîne, chapeau, blouson, baskets, bijouterie, vinyl, et d’autres.

6.Que penses-tu de la mode streetwear aujourd’hui ?

On a changer d’époque et on peut critiqué cette génération (la mienne) moi célèbre, moi riche mais en regardant en arrière nous étions pas mieux vu de loin (tous habillé pareille) Cross Colors, Phat farm, Malone, Carhartt, Kangol. Je ne parle que de la mode pas de l’état d’esprit, ils s’habillent tous différemment mais ils font tous la même chose.

7.Quels sont tes meilleurs et pires moments à la tête de la boutique Ticaret ?

Je n’ai pas de mauvais souvenir, même la fermeture

L'interview flash avec un pionnier de la culture Hip Hop : Dan de Ticaret

8.Pourquoi avoir fermé cette boutique ? Que retiens-tu de toutes ces années à la tête de Ticaret ?

Pas équipé intellectuellement et mentalement pour continué sans perde de plume (lucide pour ne pas être dans la merde).

9.Que penses-tu d’Ekirok ?

Des résistants HIP HOP.

10.Qui était tes clients ? était-ce des passionnés de la culture hip hop? Des gangsters ? des sportifs, des artistes ? ou t’adressais-tu au grand public ?

Tous a la fois et tous respectueux

11.Ta boutique a été également un studio d’enregistrement pour les MC’s, comment t’es venu l’idée de ramener des MC’s dans ton sous-soul ?

J’avais besoin d’un endroit pour mettre mon matos et les gens l’ont su et nous ont proposé de loué le studio.

12.Quels sont les MC’s que tu as fait venir ?

Il y a une vidéo sur youtube plus une bonne partie de la mafia kaifri,expression direct,driver la liste est longue.

13.Qui sont ceux qui t’ont le plus impressionnées ?

Dj medhi et toute la scène RNB de l’époque (pas de sample )

14.Avant pour qu’un MC décolle il fallait que sa mixtape soit chez Ticaret, aujourd’hui les choses ont bien changé comment voit tu le phénomène internet et les radios d’aujourd’hui ?

Internet est un moyen de communication supplémentaire pour nous pas pour cette génération çà change tout

15.En soirée tu joues sur quel support, pourquoi ?

Sur serato, comme çà je n’oublie pas un son a la maison et je ne me prend jamais la tête.

L'interview flash avec un pionnier de la culture Hip Hop : Dan de Ticaret

16.Avant Paris était La Mecque du Hip Hop en France et en Europe (Vêtements, Place Carée, Soirées…) est-elle toujours la numéro 1 selon toi?

Oui je ne voit pas d’autres villes.

17.Est-ce que tu te considères comme une personne qui a contribué au développement de la culture hip hop en France (Toute la France pas que Paris) et en Europe ?

On y contribue tous tout les jours.

18.Quels conseils aurait tu à donner à la nouvelle génération et à ceux qui souhaiterait devenir un Hip Hopper comme toi ?

Tout peux existé, soyez d’accord qu’avec vous pas forcement avec les autres sans les nuire

L'interview flash avec un pionnier de la culture Hip Hop : Dan de Ticaret

Un grand merci à Dan pour son temps ! 🙂

Fado

Fondateur du site Not Only Hip Hop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *